ACTUALITÉS

FSPT en mouvement

Dabou/Autonomisation des femmes

Dabou/Autonomisation des femmes

Mme Solange Fatima MABRI :
« L’épanouissement de la cellule familiale dépend en grande partie de la femme »

Les populations de Nigui-Nanou, village situé dans la Sous-préfecture de Toupah, département de Dabou, ont reçu le samedi 18 janvier 2020, la visite de Mme Fatima Solange MABRI, Présidente de la Fondation Solidarité Pour Tous. C’était à l’occasion de l’investiture du bureau exécutif de la mutuelle des femmes dudit village, en présence des autorités coutumières et de plusieurs cadres de la région du Leboutou.

Marraine de cette cérémonie, Mme MABRI a réaffirmé à ses filleules sa volonté de les accompagner résolument dans toutes leurs actions visant à leur assurer une véritable autonomie sociale et économique. Et pour joindre l’acte à la parole, elle leur a offert un tricycle pour le transport de leurs marchandises, puis fait don d’une importante somme en espèce, pour les aider dans le financement de leurs activités génératrices de revenus.

L’épouse du Ministre de l’Enseignement Supérieur, se dit sensible à la cause des femmes. Pour elle, il faut les aider à se prendre en charge, car celles-ci œuvrent

quotidiennement au bien-être de leur famille et constituent un maillon fort dans le développement de notre pays. « En effet, l’épanouissement de la cellule familiale dépend en grande partie de la femme » a-t-elle ajouté avant d’inviter les populations de Nigui-Nanou, à soutenir ses filleules :
« Je lance un appel à l’endroit des filles et des fils de NIGUI-NANOU, pour un soutien sans faille à ce bureau qui vient d’être investi, qui travaillera avec beaucoup d’abnégation pour la réussite de la mission que votre communauté villageoise voudra bien lui confier pour le développement économique et social de ce beau village » a-t-elle conclu.

Il est à noter que la marraine de la cérémonie a été baptisée du nom de ERMESSEY, qui signifie LA PAIX en langue Adioukrou, puis a été invitée à intégrer la génération N’ DJROUMAN ODJONGBA.

Répondre

EnglishFrenchSpanish